Chronique d’un échec annoncé

Article – Chronique d'un échec annoncé

Une coopérative agricole (PME entre 50 et 100 personnes), fabriquant des fromages, décide de valoriser son petit lait par une technique innovante. Pour cela elle décide construire une usine. Elle choisit un des leaders mondiaux pour construire le process de fabrication et d’emballage. Peu après le démarrage, elle constate que le process délivre moins que le débit convenu avec le fabriquant du procédé. L’exploitant et le constructeur essayent de régler le problème, mais n’y parvenant pas, lance 18 mois après le démarrage une procédure judiciaire. L’enjeu, suite à la sous-production, est une perte de chiffre d’affaire estimée à plusieurs millions d’euros par an. J’interviens comme expert commis par le Tribunal de commerce.

Le contrat entre les deux sociétés, rédigé par le constructeur, est bien fait, mais le diable se nichant dans les détails, quelques points ont été négligés par la coopérative. Par exemple la durée des essais est fixée à 2h de fabrication stable alors que le cycle de production est quotidien et basé contractuellement sur 20h de fabrication et 4h de nettoyage par jour. L’exploitant annonce qu’aucune production ne dépasse 8h par jour, au lieu des 20h contractualisées.

Après quelques heures de production, un phénomène d’encrassement apparaît plus vite que prévu, ce qui diminue la quantité journalière produite. Cet encrassement, d’où vient-il ? De la matière première, d’un des équipements de fabrication et si oui lequel, d’un sous-dimensionnement du procédé, de sa conception ?

Par ailleurs, seule une formation a minima est prévue, l’exploitant ayant refusé une formation plus approfondie.

Il ressort des travaux d’expertises et sans rentrer dans les détails (a) que l’exploitant est le concepteur du procédé, ce qu’il conteste mais il a transmis le schéma de principe du procédé et les dimensionnements principaux ; (b) qu’à la suite des difficultés de production rencontrées, l’exploitant a enregistré dans un tableur des valeurs de procédé (tonnage, paramètre process . . .), mais qu’aucune exploitation de ces données n’a été faite par des techniques statistiques ne serait-ce qu’une moyenne, médiane, écart-type ; (c) que les volumes de production sont supérieurs significativement à ceux annoncé par l’exploitant mais toutefois largement inférieurs à ceux prévus contractuellement ; (d) une absence de compétence de type R&D chez l’exploitant ; (e) une courbe d’apprentissage non prise en compte.

Avec du recul l’analyse des causes profondes indique que l’exploitant est passé d’un métier de coopérative agricole produisant des fromages artisanalement à un industriel lançant un nouveau produit, développant un nouveau procédé de fabrication, sur un nouveau marché, le tout sans gestion de risque.

In fine les deux parties avaient sous les yeux une grande part des éléments de réponses permettant de régler ce problème aux origines multi-factorielles. Mais la logique conflictuelle une fois la procédure engagée a eu raison de la «Raison».

En conclusion, l’absence de réelles compétence projets en complément des compétences métiers, d’une gestion des risques, d’une maîtrise des fondamentaux de l’assurance qualité, ont amené ce projet construit de surcroît avec des aides publiques, à un échec. Cela n’arrive qu’aux autres !

Bertrand Vassor

Spread the word. Share this post!

Leave Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

EnglishFrench

ESCO

ESCOFIN

Qu'est ce qu'ESCOFIN ?

Le groupe Escofin (pour Estimation, Coûtenance, Finance), créé fin 2015, rassemble les responsables de la maîtrise des coûts de projets de grandes entreprises industrielles françaises. Il compte actuellement 10 grandes entreprises et 12 membres. Le domaine d’intérêt d’Escofin est le Cost Engineering, ce qui recouvre les activités d’estimation et de contrôle des coûts et des risques. Escofin s’intéresse à la pratique de ces activités, c’est-à-dire les organisations, méthodes, compétences et outils qui leur sont nécessaires.

Membres

Gilles Turré

Intitulé du poste

Gilles Turré

Intitulé du poste

Gilles Turré

Intitulé du poste

Gilles Turré

Intitulé du poste

Gilles Turré

Intitulé du poste

Gilles Turré

Intitulé du poste

Formations

Formations labellisées

Pourquoi la labellisation ?

Avantage pour l'apprenant

L’offre de formations en management de projet est devenue, au fil des années, de plus en plus importante. La personne cherchant à améliorer ses compétences ou à se préparer à la certification IPMA – tout comme les entreprises voulant préparer leurs chefs de projet à cette certification – se trouvent devant une longue liste de formateurs potentiels. L’objectif de la labellisation est d’aider ces personnes et ces entreprises à faire leur choix.

La labellisation consiste à vérifier le contenu des formations par rapport au référentiel IPMA

Avantage pour l'organisme formateur

Le processus de labellisation se déroule en général sur une période de plusieurs semaines et fait l’objet de nombreux échanges entre les représentants de l’organisme de formation et les vérificateurs de la SMaP, enrichissants pour les deux parties.
Ainsi, la labellisation apporte à l’organisme formateur une amélioration continue grâce au processus de labellisation, une visibilité internationale par la publication sur le site de l’IPMA, et une différenciation compétitive par rapport à d’autres formations du marché en étant homologué.

Le processus de labellisation

Quatre grandes étapes pour se faire labelliser par la SMaP:
  • Acte de candidature : présentation de l’organisme et du cursus de formation, suivie de la signature du contrat entre la SMaP et l’organisme de formation.
  • Auto-évaluation en relation avec l’ICB (International Competence Baseline) par l’organisme de formation et constitution du dossier de vérification pour le cursus à labelliser.
  • Vérification des informations communiquées par des vérificateurs indépendants nommés par la SMaP suivie d’une discussion des conclusions avec l’organisme formateur.
  • Autorisation d’utiliser le label IPMA sur les documents de marketing de la formation homologuée et publication sur les sites de l’IPMA et de la SMaP.

Les différents labels

L’IPMA distingue cinq catégories de formation en fonction de leur durée : les sessions de formation – moins de 60 heures – , les programmes de formation – 60 à 360 heures – et les cycles de formation intensive (type Master) – plus de 360 heures – .
Selon le cas, les formations couvrent tout ou partie des 46 éléments de compétence définis par l’IPMA.

Certifications

Certifications de personnes

Les employeurs et les employés, les clients et les fournisseurs ont depuis longtemps éprouvé le besoin de faire reconnaître leurs compétences, ou de s’assurer de celles de leurs interlocuteurs.

La certification de personne est la reconnaissance et l’assurance de capacités d’apprentissage, de communication et de décision, de savoir-faire spécifiques, et de la connaissance de l’environnement de l’entreprise par des organismes reconnus internationalement apportant une garantie d’impartialité.

Les certifications ont une validité limitée dans le temps et valident des compétences selon des standards actuels contrairement aux diplômes à durée illimitée qui reconnaissent essentiellement des connaissances.

Avantage pour le certifié
  • La possibilité de se distinguer dans la recherche d’un emploi,
  • Un moyen d’affirmer ses compétences auprès de son employeur,
  • La possibilité de réussir ses projets en donnant confiance aux parties prenantes.
Avantage pour l'entreprise
  • Assurer ses clients potentiels de la compétence de son personnel,
  • Rationaliser le recrutement et la promotion internes sur des critères explicites,
  • Passer d’une formation qualifiante à une formation professionnelle, bien plus motivante,
  • Offrir des parcours de carrières reconnus et hors hiérarchie,
  • Reconnaître et faire monter en compétences ses meilleurs éléments.

Les principes de la certification

Les valeurs qui animent la certification sont les mêmes que celles de la SMaP :
  • Agir avec Intégrité, Responsabilité et Transparence
  • Interagir avec Diversité, Consensus, Respect mutuel
  • Réaliser avec Compétences, Excellence, Résultat
Ces valeurs se traduisent en principes applicables à la certification :
  • Processus standard sans discrimination, traitant tous les candidats de la même façon.
  • Processus et bases d’évaluations transparents et connus du candidat.
  • Evaluations demandant uniquement des preuves au niveau de compétences demandé.
  • Evaluations se basant sur différentes méthodes d’évaluations au cours du processus
  • Résultats consistants et fiables quels que soit les assesseurs / correcteurs, ceux-ci utilisant les mêmes approches pour tous les candidats.
  • Résultats basés sur :
    • des preuves actuelles et récentes pour le niveau demandé
    • assez de preuves pour que l’assesseur puisse porter un jugement;
    • des preuves véridiques apportées par le candidat.

Les certifications proposées par la SMaP

La SMaP est adhérent à l’ICEC et à l’IPMA et délivre des certifications selon deux approches :

  • Gestion de projet : ICEC Planification, Coûtenance et Estimation, SMaP Gestion du changement
  • Direction de projet : IPMA Niveau A, B C et D

Certifications

Certifications de personnes

Les employeurs et les employés, les clients et les fournisseurs ont depuis longtemps éprouvé le besoin de faire reconnaître leurs compétences, ou de s’assurer de celles de leurs interlocuteurs.

La certification de personne est la reconnaissance et l’assurance de capacités d’apprentissage, de communication et de décision, de savoir-faire spécifiques, et de la connaissance de l’environnement de l’entreprise par des organismes reconnus internationalement apportant une garantie d’impartialité.

Les certifications ont une validité limitée dans le temps et valident des compétences selon des standards actuels contrairement aux diplômes à durée illimitée qui reconnaissent essentiellement des connaissances.

Avantage pour le certifié
  • La possibilité de se distinguer dans la recherche d’un emploi,
  • Un moyen d’affirmer ses compétences auprès de son employeur,
  • La possibilité de réussir ses projets en donnant confiance aux parties prenantes.
Avantage pour l'entreprise
  • Assurer ses clients potentiels de la compétence de son personnel,
  • Rationaliser le recrutement et la promotion internes sur des critères explicites,
  • Passer d’une formation qualifiante à une formation professionnelle, bien plus motivante,
  • Offrir des parcours de carrières reconnus et hors hiérarchie,
  • Reconnaître et faire monter en compétences ses meilleurs éléments.

Les principes de la certification

Les valeurs qui animent la certification sont les mêmes que celles de la SMaP :
  • Agir avec Intégrité, Responsabilité et Transparence
  • Interagir avec Diversité, Consensus, Respect mutuel
  • Réaliser avec Compétences, Excellence, Résultat
Ces valeurs se traduisent en principes applicables à la certification :
  • Processus standard sans discrimination, traitant tous les candidats de la même façon.
  • Processus et bases d’évaluations transparents et connus du candidat.
  • Evaluations demandant uniquement des preuves au niveau de compétences demandé.
  • Evaluations se basant sur différentes méthodes d’évaluations au cours du processus
  • Résultats consistants et fiables quels que soit les assesseurs / correcteurs, ceux-ci utilisant les mêmes approches pour tous les candidats.
  • Résultats basés sur :
    • des preuves actuelles et récentes pour le niveau demandé
    • assez de preuves pour que l’assesseur puisse porter un jugement;
    • des preuves véridiques apportées par le candidat.

Les certifications proposées par la SMaP

La SMaP est adhérent à l’ICEC et à l’IPMA et délivre des certifications selon deux approches :

  • Gestion de projet : ICEC Planification, Coûtenance et Estimation, SMaP Gestion du changement
  • Direction de projet : IPMA Niveau A, B C et D